QUAND UN ÉLU

DIT TUT HAUT EN PUBLIC

CE QUE D'AUTRES ÉLUS

PENSENT TOUT BAS

SANS OSER LE DIRE.

Dimanche 18 août 2018, Alain Passerieux Maire de Beynac a tenu un discours courageux devant des centaines de citoyens réunis une nouvelle fois pour lutter contre le contournement de Beynac.

Dans un passé récent, il s'était déjà confronté physiquement avec son équipe municipale et des Beynacois
à la réalisation d'un trottoir non pévu au cahier des charges mais voulu par Germinal Peiro.

Nous connaissons beaucoup d'élus opposés au contournement et à la politique du Conseil Municipal. Mais sans leur témoignage et leur accord pour publication leur indignation reste lettre morte.

Puisse le discours d'Alain Passerieux
créer un mouvement salvateur.

“Le silence suppose beaucoup de complicité.” (Pierre Filion - La Prunante)

D'abord je voudrais vous remercier parce que ça fait chaud au cœur, on se sent moins seul. Je dois dire que déjà depuis pas mal de mois, le maire de Beynac, maire d'un petit village de 560 habitants il a beau avoir les épaules solides et larges il en encaisse pas mal, voilà. Ce n'est pas fini, de toute façon on est un peu habitué mais ça fait du bien, un petit réconfort comme ça, ça fait du bien. (Applaudissements)

Je voudrais dire que d'autres maires auraient pu venir aujourd'hui, Jérôme Peyrat, comme on l'a dit tout à l'heure est à l'étranger mais il soutient notre cause, il est contre le contournement Intercommunal au sein de la Communauté de communes et comme président de l'office de tourisme, d'autres maires nous ont laissé leurs témoignages de sympathie, Monsieur Bouchard de Castels par exemple. Il faut bien dire que, dans notre secteur, d'autres maires qui voudraient, s'ils le pouvaient, nous donner satisfecit, en fait il y a une sorte de chantage aux subventions il faut bien le savoir moi (brouhaha) je le dis parce que c'est vrai, il faut toujours dire ce qui est vrai nous avons fait un aménagement à peu près 3 M€ TTC l'État a rempli ses engagements avec 3 subventions, la Région a rempli ses engagements, le Département pour le moment on attend toujours le premier euro.

Je voudrais juste témoigner d'abord de ce que nous avons fait c'est-à-dire cet aménagement, nous avons le recul maintenant, plus d'un an, deux saisons quasiment terminées au niveau touristique et ce qu'on peut dire c'est que l'impact, eh bien l'impact est positif et il faut être de mauvaise foi, il faut être menteur professionnel pour dire que ça ne passe plus à Beynac. Nous avons, on l'a dit tout à l'heure enlevé le point noir qui était le virage on l'a passé de 4 m 80 à 6 m 10 nous n'avons pas élargi le reste de la chaussée parce que nous ne voulions pas faire un aspirateur à poids lourds et à autres véhicules, nous sommes dans une zone 30 mais nous avons enlevé les blocages. Nous avons des ralentissements bien sûr mais au mois d'août qui n'a pas de ralentissements ? J'ai vu il y a peu de temps, il y a deux ou trois jours, une superbe photo dans Sud Ouest où on voit à onze heures du matin, à Beynac, le 14 août une photo où il y avait effectivement deux files de voitures ralentissement. Je pense que cette photo on aurait dû la prendre dans les 557 communes du département ou à peu près, voilà. Eh bien je suggère au président du Conseil départemental pour résoudre le problème de créer 557 contournements. (Applaudissements)

Pour revenir à ce projet de contournement qui ne se justifie plus, si tant est qu'un jour il se justifiait. Il n'est pas d'intérêt public majeur il a été forgé sur un tissu de mensonges de toutes natures. Je ne vais pas tous les énumérer, vous les connaissez, des falaises de Beynac qui pourraient s'écrouler, des accidents qui pourraient se faire en plein bourg, avec des risques d'incendie, pourquoi pas ? Jamais ces accidents n'arrivent à l'intérieur des bourgs c'est toujours des accidents ; qu'il s'agisse d'autocars ou d'autres ; à l'extérieur des bourgs, mais on les met à l'intérieur du bourg de Beynac. Soi-disant que nous sommes une liaison économique majeure mais Comme on l'a dit tout à l'heure il n’y a pas de liaison économique sur la vallée De la Dordogne c’est une vallée touristique. Il n’y a pas d'autre activité économique notable donc tout ça ce sont des mensonges mais à force de les répéter, de les inscrire ça entre dans le subconscient des gens et après tout ils se disent “pourquoi pas, il n'y a pas de fumée sans feu ! Il doit y avoir un soupçon de vérité”. C'est un projet qui est inutile et en plus dangereux. Inutile nous l’avons dit tout à l’heure, c'est en projet qui est vieux, vieilli, obsolète et qui, évidemment, est à rejeter. Le coût est disproportionné par rapport à sa soi-disant utilité ; 32 millions annoncés, 6 millions, d'après ce que je sais, déjà dépensés. Je vous rappelle que le département de la Dordogne est département le cinquième le plus endetté de France. Alors, je rappelle que le département pour faire son aménagement n’a pas de subvention de l'État. C'est quasiment un autofinancement départemental, c’est-à-dire nos impôts, il faut être clair. Le rapport récent d'autre part, sur la Dordogne, sur la circulation concernant les 120 départements français montre qu'il y a quatre départements en France qui sont les plus accidentogènes. Parmi ces quatre il y a la Dordogne. L'état de nos routes est un état, il faudrait peut-être s'y pencher, qui mérite des millions d'euros dépensés....

Vous pouvez écouter le discours en audio en cliquant sur la vidéo
ci-dessus, ou lire
la transcription
ci-contre.

Nota : Un petit accident technique ne nous a pas permis, hélas, d'enregistrer

la totalité de la déclaration dont il manque juste quelques petites minutes.

Contact

Siège social Association DIGD

Président Théo Pardo

Mairie de Castels et Bèzenac

24220 Castels Bèzenac

06 07 10 71 09

communication.digd@digd.fr